Les relations toxiques n’existent pas

par | 4 Mar 2020 | Développement personnel, Partages personnels | 6 commentaires

Bonjour à tous !

Je sais que cet article ne va pas plaire à tout le monde, qu’il va déranger certains et peut-être même attiser la colère mais tant pis, vous me connaissez assez aujourd’hui pour savoir que j’aime bousculer les (fausses) croyances 😉

Je trouve que depuis quelques années, nous aimons bien nous servir les termes de “relations toxiques” et “personnes toxiques” à toutes les sauces ou presque.
Je n’adhère pas du tout à cela car c’est encore une façon pour celui qui utilise ces concepts de donner son propre pouvoir à une autre personne et de se victimiser.
C’est tellement plus facile de dire que c’est la faute de l’autre, ça évite de se remettre en question et ça, on aime bien en général (ne pas se remettre en question et dire que c’est la faute du monde entier si on est une petite chose faible) !

Alors, qu’est-ce qui donne cette impression de toxicité ???
Nos propres blessures bien sûr !
Ce sont nos propres parts souffrantes qui vont s’exprimer en miroir des réactions et/ou paroles de l’autre personne. [Je vous invite à aller lire mon article sur l’effet miroir qui est complémentaire à celui-ci.]

 

Oui mais parfois, nous pouvons vraiment nous sentir et même être réellement harcelé(e)s par une ou plusieurs personne(s). Alors que faire ?

Si le contact avec une ou plusieurs personnes nous rend triste voire dépressifs/ves, nous pouvons décider de nous éloigner le temps d’aller observer nos parts souffrantes et les soigner. Rien ne doit nous obliger à nous faire souffrir juste pour voir combien de temps nous sommes capables de tenir à ce rythme-là.

Pour autant, s’éloigner ne veut pas dire bannir cette personne de notre vie ad vitam eternam intentionnellement car sinon, nous n’apprenons rien sur nous-mêmes et nous restons dans notre schéma limité et limitant de croyance que tout est la faute de l’autre.

Voir l’autre comme un enseignant est la meilleure réponse car nous voyons alors cette personne comme la meilleure clé de notre propre guérison.
Cela permet de ne plus lui donner un pouvoir nuisible sur nous mais au contraire, un pouvoir de création positif et constructif, une porte vers le pardon à soi-même et aux autres.

Ce qui est intéressant, c’est que dès lors que nous nous plaçons dans cette posture de remerciement et d’accueil, l’autre personne peut avoir deux réactions différentes :

  • elle change de comportement et devient agréable et aidante;
  • elle s’éloigne car ce nouveau mode de fonctionnement entre nous ne lui convient plus.

 

Parfois les “relations toxiques” sont uniquement là pour nous montrer que nous ne sommes pas à notre juste place

Je vais vous partager une expérience personnelle pour illustrer mon propos.

En 2011-2012, j’étais responsable d’équipe en outsourcing dans un grand groupe de fournisseur d’accès à internet. Je subissais des pressions fortes de la part de mon employeur (qui n’était donc qu’une entreprise extérieure à ce grand groupe) car je ne voulais pas contraindre les personnes de mon équipe à signer des papiers qui concernaient leur droit à l’image. Je me faisais harceler, mes primes m’étaient retirées pour des motifs fallacieux (alors que l’entreprise partenaire dans laquelle j’intervenais était ravie de mon travail) et ma supérieure hiérarchique directe montait mon équipe contre moi derrière mon dos.

En quelques mois, j’étais entre le marteau et l’enclume, rejetée de part et d’autre, les personnes de mon équipe se débrouillant pour ne même plus déjeuner avec moi les midis. (J’avais l’impression de me retrouver à l’adolescence quand j’étais revenue vivre en France après 2 ans de séjour en Afrique : les autres enfants refusant de s’asseoir à côté de moi dans le bus, à la cantine ou en classe au cas où je serais contagieuse… Belle réactivation de la blessure de rejet à l’âge adulte !)

J’étais clairement dans un environnement professionnel dit “toxique” et j’ai décidé de partir.
Je ne voyais plus l’intérêt de continuer à exercer une activité que j’aimais mais qui me le rendait mal.
Je suis partie déçue et triste de quitter cet emploi qui m’apportait encore beaucoup sur d’autres plans (mon relationnel avec les autres personnes qui n’étaient pas de ma propre entreprise était très agréable par exemple) mais je n’étais pas en colère (j’aurais d’ailleurs pu envoyer mon ex-patron aux Prud’hommes pour ses manquements envers mon contrat de travail mais je ne voulais plus faire perdurer de lien entre nous).

L’une de mes proches m’avait dit à l’époque : “Si tu ne règles pas ça (le souci de harcèlement professionnel), tu vas continuer à te l’attirer donc quitter ton emploi sans avoir compris la leçon, c’est contre-productif.”
Son raisonnement n’était pas tout à fait le bon mais il se tenait…

J’ai alors fait le bilan de ma vie professionnelle et j’ai remarqué que la quasi totalité de mes emplois salariés se passaient de cette façon : je n’avais pas de reconnaissance et, pire, j’étais même complètement dévalorisée et je finissais isolée.
A l’opposé, mes expériences de travailleur indépendant étaient tout le contraire : j’avais des relations agréables avec les gens, j’étais reconnue pour ce que je leur apportais et appréciée pour qui j’étais.

La conclusion était toute trouvée : je n’avais plus ma place dans le salariat !
Et cette décision a été une vraie révélation à moi-même 😀

Quelques mois après mon départ, l’une de mes ex-collaboratrices est revenue vers moi pour me dire qu’elles vivaient un enfer depuis mon départ et qu’elles avaient compris leur erreur et la façon dont elles s’étaient fait manipuler. J’ai juste répondu que je ne leur en voulais pas et que je les remerciais même car, grâce à elles, j’avais trouvé ma vraie voie, que j’étais heureuse et que je leur souhaitais la même chose.
Deux ans plus tard, une autre ex-collaboratrice s’est à son tour excusée, m’invitant même chez elle à l’étranger pour des vacances où elle me chouchouterait pendant autant de temps que je souhaiterais rester. (Quel revirement de situation !!!)

Depuis juin 2012, les rares fois où j’ai été salariée étaient pour une association qui me laissait carte blanche sur mes activités et ma façon de gérer ma barque.
Aujourd’hui, je suis exclusivement indépendante et vis de ma passion, de ce pour quoi je suis venue m’incarner.

Je n’ai pas quitté un environnement et des relations “toxiques”, je me suis dirigée vers ce qui me correspond véritablement.
Si j’étais restée sur la fausse croyance du “toxique”, je me serai servie la même situation de harcèlement encore et encore, pensant que j’étais victime d’une quelconque malchance ou d’un sort lancé contre moi pour m’éviter d’être heureuse. J’aurais pensé que j’avais un souci relationnel et je serai restée bloquée là-dessus sans trouver de porte de sortie.

 

Pour résumer

Sortez de la fausse croyance du “toxique”. Reprenez votre pouvoir de guérison, soignez vos blessures émotionnelles pour qu’elles ne puissent plus vous manipuler et vous faire prendre des vessies pour des lanternes. L’autre n’est pas un danger dont il faudrait se protéger.

Personne n’est jamais à blâmer donc soyez bienveillant(e) envers vous-même et les autres.

Acceptez ce que les autres vous renvoient en miroir comme un cadeau et non comme une malédiction.

Soyez heureux/se !!!

 

Si vous avez des difficultés à sortir de cette croyance et à trouver le bonheur et l’équilibre, je peux vous aider en guidance ou en soin énergétique.
Pour cela, il vous suffit de prendre rdv.

 

Je vous souhaite une belle journée/soirée/nuit et un agréable cheminement sur tout ça 😉

 

 

 

Vous avez apprécié ce contenu gratuit ?
Vous pouvez me soutenir avec un don libre

 

6 Commentaires

  1. Sandrine Lux

    Tu as tellement raison Gwenola oui nous avons le choix de nous éloigner des personnes qui nous vident emotionnellement et énergétiquement parlant 😊 on a aussi le choix de subir ou d’accepter une situation car les patrons crst bien nous ! Ton article est plein d’espoirs et pas dans le jugement j’aime beaucoup. Merci d’apporter un éclairage subtil à comme tu le dis si bien un mot “toxique” employé comme le coupable idéal hors de soi 😉 Que la lumière soit !!!

    Réponse
    • Gwenola Soler

      Merci Sandrine d’avoir lu mon article et de l’avoir si joliment commenté 🙂
      Tu as raison, que la Lumière soit !!!

      Réponse
    • ben

      Bonjour je suis d’accord avec vous à 100% . J’ai vécu la même situation. Le jour ou j’ai compris graçe aux soins 😊, elle ma permis de comprendre le schéma que l’on a entretenu sans le savoir et du a nos blessures très profonde. Je suis heureuse d’avoir compris..enfinn

      Réponse
  2. Catherine

    Merci pour la piqûre de rappel 😉 chouette ton article, clair bienveillant et positif. La bienveillance fait du bien en ce moment.

    Réponse
    • Gwenola Soler

      Merci Catherine pour ce gentil retour sur mon article. Heureuse qu’il t’ait fait du bien 🙂

      Réponse
  3. daniele altmeyer

    je suis fiere de te suivre, de t apprécier à ta juste valeur …. de te lire

    Merci pour ce que tu es et ce qui tu oses faire passer ! Je suis très impressionnée !

    Daniele

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *