Mon idée de la Liberté

par | 11 Juil 2017 | Développement personnel | 1 commentaire

Mon idée de la Liberté

Coucou les amis !

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager mon idée de la Liberté. Qu’est-ce-que cela signifie pour moi ? Comment cela se traduit dans mon quotidien ?

Pour moi, la Liberté c’est être capable de penser, d’agir et d’être (tout simplement), sans se préoccuper du regard des autres, juste parce qu’on est bien avec soi-même. C’est avoir réussi à dépasser les conditionnements, les limitations qu’on a pu se mettre nous-mêmes au fur et à mesure de nos différentes incarnations mais aussi celles qui nous viennent du transgénérationnel (les fausses croyances familiales), de notre société, de notre culture…

C’est aussi dépasser les contraintes matérielles, pas dans le sens de rejet mais dans celui d’intégration. Par exemple, on ne peut pas détester ou mépriser l’argent ni quoi que ce soit d’autre. Tout est neutre, tout est énergie. C’est juste notre regard et nos croyances qui vont imprimer une vibration positive ou négative sur l’objet de nos pensées et donc matérialiser ça dans notre existence.

Pour arriver à vivre sa Liberté au quotidien, c’est un travail de longue haleine, qui doit se faire avec patience et bienveillance, jour après jour.

Pour commencer, il est nécessaire d’être lucide avec soi-même : qu’est-ce qui me fait souffrir ? de quoi je rêve ? qu’est-ce qui m’entrave au travers de mes émotions, dans mon quotidien ?
Ensuite, on va commencer à éliminer les sujets identifiés les uns après les autres.

Pour ma part, j’ai arrêté de regarder les infos, surtout à la télé. C’est à mon sens l’un des pas les plus simples à faire et l’un des plus marquants : je ne laisse plus quiconque m’abreuver de son point de vue, je ne laisse pas mon cerveau être envahi d’images sombres, de catastrophes, de guerres, d’accidents, de jeux d’égo (cf la politique)… Je décide que mon Univers personnel est en-dehors de ça. Donc il est en-dehors !
D’ailleurs, j’ai aussi décidé de ne plus regarder la télé en direct. Quand une émission ou un programme m’intéresse, je l’enregistre pour pouvoir zapper les pubs. En effet, les pubs sont comme un poison : elles s’insèrent en vous et vous dictent quoi acheter et quelle nouvelle dépendance doit se créer en vous.

J’ai la chance de n’avoir pas eu d’addiction. Ado (et même enfant), je ne comprenais pas qu’on puisse s’empoisonner avec du tabac, une substance qui sent très mauvais pour moi, me rend malade quand quelqu’un fume à côté de moi et qui coûte cher. Je me suis souvent demandé ce que les gens pouvaient trouver de positif à se faire du mal…
Si vous en avez une (ou même plusieurs), essayez de diminuer votre dépendance, quelle qu’elle soit, à votre rythme, chaque pas effectué est une victoire et il est important de le reconnaître pour s’encourager à continuer sur la voie de la libération.

Je me suis interrogée sur ce que j’aimerais vraiment faire dans ma vie.
Quel métier ai-je envie d’exercer ? Qu’est-ce que j’ai envie de faire qui ne me donnerait pas une seconde l’impression de travailler ? C’est comme ça que j’ai commencé à me diriger vers ma Mission de Vie (je vous invite à aller lire mon article pour en savoir plus si vous ne l’avez pas encore découvert : https://www.gwenola-soler.com/quelle-est-ma-mission-de-vie/ ).
Cela demande une certaine dose de courage : quitter ce que l’on connait et qui est confortable d’une certaine façon pour plonger vers l’inconnu.

Pour moi, la Liberté, c’est choisir mes horaires, mon mode de vie, les personnes que j’ai envie de fréquenter, les activités que je fais sans avoir à en référer à quelqu’un d’autre qu’à moi-même, ou du moins, sans avoir à demander l’autorisation à une autre personne (et ça n’est pas une question de vie célibataire ou de vie de couple : on peut se sentir “prisonnier” en étant seul et libre en étant en couple).

C’est aussi choisir mes fréquentations et savoir dire stop à une relation qui ne me satisfait plus, qu’elle soit amicale ou amoureuse.

Vouloir être libre, c’est affronter ses peurs, ses blessures : si je change, est-ce que mes proches m’aimeront encore ? est-ce que moi, j’aimerai ce nouveau / cette nouvelle “moi” ? Et les dépasser… C’est apprendre à se connaître vraiment, sans filtres, débusquer tout ce qui fait souffrir pour le transmuter. Faire de ses blessures, de ses épreuves les plus douloureuses, une ressource sur quoi s’appuyer pour grandir. J’ai vécu le manque, alors je décide que plus rien ni personne ne me manquera jamais parce que moi, je suis là pour moi. Je pense d’ailleurs que c’est en grande partie le fait qu’à une période de ma vie j’ai vraiment connu la faim qu’à présent, j’ai décidé de me libérer de cette fausse croyance que le corps a besoin de nourriture pour survivre (concept de l’alimentation prânique où l’on part du principe que l’on peut s’alimenter de Lumière). D’ailleurs, c’est mon corps qui petit à petit se dirige vers cela et c’est mon mental qui suit et fait des connexions de compréhension.

Ma Liberté c’est me montrer telle que je suis joyeuse ou triste, de façon authentique, sans craindre le regard des autres (qui n’est que le reflet de leur propre histoire, de leurs propres limitations).

La Liberté c’est me sentir en parfaite résonance, en parfaite harmonie, avec mes aspirations les plus profondes et ma façon de les matérialiser. Mon monde intérieur ressemble à mon monde extérieur : calme, serein, confiant.

Ma Liberté c’est me respecter pleinement.
Ma Liberté c’est être MOI !

Mes outils pour accéder à cette Liberté

  • Les bonshommes allumettes : vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette technique via mon article explicatif : https://www.gwenola-soler.com/les-bonshommes-allumettes-ma-technique-pour-aller-plus-loin/
  • La méditation et particulièrement les méditations guidées sur les libérations de mémoires et l’enfant intérieur
  • Les protocoles de désimplantation :
  • Se séparer des objets qui ne nous plaisent pas/plus (donner, jeter)
  • Se séparer des personnes qui nous font du mal ou ne nous intéressent plus et laisser partir celles qui ont besoin de s’éloigner de nous (il y a une raison à tout, il ne faut pas lutter et prendre le risque d’un retour de flamme qui ferait souffrir)
  • Ecouter son corps pour adapter son alimentation
  • S’aménager des moments où l’on se bichonne
  • Ne plus accepter de se laisser polluer par les gens, les situations, les émotions en disant “stop” (à nous-même d’abord)
  • Accepter que l’on est responsable à 100% de notre vie et que ce que l’on vit est le strict reflet de ce que l’on émane
  • Arrêter de regarder la télévision, les “informations”, les publicités
  • Se faire faire des soins énergétiques pour qu’un thérapeute serve de baromètre extérieur concernant nos avancées (un regard extérieur est toujours bon à prendre dans la mesure où il nous encourage et ne nous rajoute pas de nouvelle limitation)
  • Arrêter d’empoisonner son corps avec des substances (médicaments inadaptés, pesticides, hormones…)
  • Arrêter de lutter, de résister et savoir être dans la fluidité de la Vie
  • Respecter son environnement, les lieux les personnes et nous-mêmes
  • Faire attention à être toujours positif et voir le bon côté des choses (regarder seulement ce qui fait souffrir nous rend “esclave” de nos pensées et émotions)
 

Vous avez apprécié ce contenu gratuit ?
Vous pouvez me soutenir avec un don libre

 

1 Commentaire

  1. Lancelin monique

    Ma liberté c est déjà de m aimer moi comme je suis

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *